Augmentation du gazole : encore un coût pour les entreprises de transport routier

poids lourd

Effet du scandale Volkswagen, perspective de la COP 21, volonté d’amadouer les écologistes à la veille des élections régionales… le gouvernement a décidé qu’en 2016 et 2017 la taxation du diesel sera augmentée d’un centime par litre ; la taxation de l’essence baissera du même montant. Compte tenu des volumes de consommation respectifs en essence et en gazole, cette mesure générera une recette supplémentaire qui devrait servir à financer l’allégement de la fiscalité locale des contribuables modestes, et notamment des retraités.

 

L’objectif du gouvernement est de réduire l’ « avantage » fiscal du diesel pour que le parc de véhicules français se réoriente avec moins de véhicule diesel et plus de véhicules à essence.
Si cette assertion est vraie en ce qui concerne les voitures particulières, elle n’est pas pertinente pour les poids-lourds. En effet il n’existe pas aujourd’hui d’alternative crédible au moteur diesel pour les camions. Pour les entreprises de transport routier de marchandises c’est une nouvelle augmentation des charges qui se profile sans possibilité d’arbitrage.
Il est intéressant de noter par ailleurs que le transport routier ne représente que 17% de la consommation de gazole en France.

 

Fort de ce constat c’est l’ensemble des syndicats et fédérations professionnels du secteur qui sont vent debout contre cette mesure. Si le gouvernement souhaite maintenir la compétitivité des entreprise du secteur et préserver l’emploi, il serait bien inspiré de maintenir a minima la stabilité de la fiscalité sans laquelle la compétition internationale deviendra encore plus difficile pour les entreprises françaises de transport routier de marchandises.