Une association de conseillers ADR pour quoi faire?

Interview du président de l’Association Nationale des Conseillers à la Sécurité

www.conseillersecurite.org

L’ANCS a été créée il y a 9 ans,  quel bilan faites-vous des années écoulées ?

Après une phase de croissance rapide, l’ANCS, tout en restant indépendante, s’est maintenant imposée comme l’association incontournable pour les CSTMD : Un groupe d’adhérents très actifs s’est constitué permettant une vraie entraide entre ses membres et des échanges constructifs autour de la fonction et des missions du CSTMD, loin des querelles de personnes ou des luttes d’influences.

Concrètement que peut apporter l’ANCS à un conseiller à la sécurité interne ou indépendant ?

L’ANCS met à la disposition des conseiller à la sécurité différents outils qui vont lui permettre d’être moins seul face à sa mission : forum internet d’échanges, site internet avec quelques informations, réunions et formations sur différents thèmes intéressant les CSTMD et visite de sites ou d’entreprises. C’est la mutualisation de compétences très diverses qui permet à chacun de progresser. Un CSTMD adhérent à l’ANCS n’est plus seul : c’est du temps gagné pour une meilleurs efficacité.

Pouvez-vous me citer quelques actions majeures menées par l’ANCS ces dernières années et des projets à venir?

Ces dernières années, l’ANCS a été reçu dans des grandes entreprises industrielles chez Airbus, Michelin, SANOFI…. Elle a organisée des conférences avec des intervenant comme BVT, Prévor, .. Ses adhérents ont même conduit des véhicules citernes sur le site de l’APTH du Creusot. L’ANCS a été partenaires de nombreux salons comme Expo protection, Cyclatom, Gepar Expo, … L’ANCS a mis un place un code de bonne conduite du CSTMD externe et a encouragée la qualification OPQCM par l’ISQ de ses membres afin de crédibilisé la profession.

Pour 2012, une rencontre avec l’INRS sur le thème « l’apport du CSTMD dans la prévention des risques du travail dans les TMD » est prévue en juin. En octobre, l’ANCS est invitée par l’école des mines d’Alès pour un « sérius games » sur la gestion d’un accident TMD et la visite d’un site SEVESO.

Par ailleurs, l’ANCS s’est impliquée dans le développement d’une application iPAD afin de faciliter le travail du CSTMD, notamment la prise de note en clientèle, la rédaction des rapports annuels et des rapports d’accidents. Celle-ci sera disponible courant Juin 2012.

Quittons la vie de l’ANCS pour nous recentrer sur le métier des conseillers à la sécurité. Quelles sont aujourd’hui les principales difficultés que rencontre un conseiller à la sécurité interne ?

Le conseiller à la sécurité interne se plaint souvent de la difficulté d’exercer sa mission : tâche ajoutées à celles préexistantes, manque de temps, difficultés d’accès à l’information, et toujours la question : est-ce que je fait ce qui est attendu ?

La complexité du suivi de la réglementation ADR et les difficultés que vous évoquées vont’ elles pousser la majorité des entreprises à externaliser les missions de conseiller à la sécurité ? Ou bien pensez-vous que ce mouvement d’externalisation massif arrive à un pic ? Comment l’expliquez-vous ?

Je ne crois pas qu’il y ai un « pic » d’externalisation : le mouvement est continu depuis 2001 : il est souvent plus simple de faire appel à un externe : pas de délais de passage de l’examen, garanti de disposer d’un CSTMD toujours disponible, responsabilité partagée… Les CSTMD externes, enfin, ceux dont c’est l’activité principale, acquièrent plus vite une expérience multiforme dont ils font bénéficier leur clientèle. Même les grandes entreprises s’y mettent. Il faut cependant que les CSTMD face preuve de leur crédibilité : l’ANCS s’y attèle en mettant en place le « code de conduite professionnel » dont nous avons parlé plus haut.